Petroff Evelyne

Petroff Evelyne

Séparation et triade père-mère-enfant
J'ai traversé en médecine la différence d'attitude que l'on peut avoir et, je dirais même "la différence de corps" que l'on peut avoir, si l'on pense conceptuellement la dyade mère-enfant ou la triade père-mère-enfant.
Dès que l'on parle du couple mère-enfant, la séparation signifie que la mère doit se séparer d'une partie d'elle-même. A ce moment-là, il faudrait travailler sur la séparation d'une partie de soi.
Mais si dès le départ, on considère que c'est un "trois", une triade constitutive de l'humain au moment même où la mère sent son bébé bouger, alors suivant cette conception, on se place nous soignant, en position de "quatre" permettant à la triade symbolique d'exister continuellement.
Quand le bébé joue entre les mains de son père avec la joie de ce jeu de la mère, il y a bien trois personnes avec une unité du corps pour chacun.
Je ne pense pas que les mains d'un homme soient comparables aux mains d'une femme, que les perceptions olfactives, sensorielles qu'un bébé a dans les bras de son père soient identiques à celles qu'il éprouve dans les bras de sa mère, mais si l'on fait prendre conscience aux parents de cette différence, on crée de fait une triade dans laquelle le bébé trouvera une unité corporelle de désir.

Evelyne Petroff est gynécologue-obstétricienne. Elle exerce à la maternité des Bluets, à Paris. Son travail de recherche porte sur la préparation à la naissance, mise en relation aux connaissances de l'haptonomie et de la psychanalyse.

Publié dans Médecine