Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"Le chant de la séparation" de W.A Mozart...

Publié le

Livret

Les anges de Dieu pleurent
Quand se séparent les amants !
Comment pourrai-je-vivre
Sans toi, ô jeune fille ?
Etranger à toutes joies,
Je vis désormais pour souffrir !
Et toi ? Louise m'a peut-être
Oublié à jamais.

Je ne peux l'oublier ;
Ce coeur retranché d'elle
Me semble prier en soupirant :
« ami, souviens-toi de moi »
Ah ! je veux me souvenir de toi
Jusqu'à ce qu'on me mette au tombeau !
Et toi ? Louise m'a peut être
Oublié à jamais ?

L'oubli vous ravit en quelques heures
Ce que l'amour vous prodigue au long des années
Comme une main se dérobe,
Ainsi se dérobent les coeurs
Si de nouveaux hommages
Eloignent de toi mon image,
o dieu ! Louise m'a peut-être
oublié à jamais ?

Souviens-toi de notre séparation !
Ce silence sans larmes,
Et cette palpitation du coeur
Doivent t'oppresser
Comme la terrible apparition d'un fantôme
En aimeras tu un autre,
M'oublieras tu un jour,
Oublieras-tu-Dieu et toi même ?

Souviens-toi de notre séparation ?
Que ce mémorial
Gravé par les baisers sur ma bouche
Nous juge toi et moi !
Ce mémorial de nos baisers
C'est moi qui viens
A l'heure des esprits,
T'avertissant de ma présence

Publié dans Musiques

Partager cet article

Repost 0

Emission "Philosophie" ARTE sur la séparation

Publié le

Christophe Schaeffer fut l'invité de l'émission "Philosophie" du 22 novembre 2009, présentée par Raphaël Enthoven sur ARTE.
La réflexion sur la séparation y est développée en quatre temps à partir de supports visuels : la naissance (image du foestus astral tirée du film "L'Odyssée de l'espace" de S. Kubrick, le lien social (image d'un marathon), le religieux ("La Création de l'Homme" de Michel-Ange), l'amour (image de perroquets "inséparables").

Publié dans Emissions

Partager cet article

Repost 0

Critique de la séparation par Guy Debord

Publié le

Critique de la séparation est un moyen-métrage de 20 minutes (35 mm noir et blanc) réalisé par Guy Debord sorti en 1961. Les voix off sont dites par Caroline Rittener et Guy Debord.
Il s’agit d’un anti-film dont les images sont fréquemment des comics, des photographies d’identité, de journaux ou d’autres films, surchargées de sous-titres très difficiles à suivre en même temps que le commentaire. Le rapport entre ces images, le commentaire et les sous-titres n’est ni complémentaire, ni indifférent, il est lui-même critique.
La caméra navigue entre images d’actualités, comme séparées du monde réel, symboles de la société de la consommation, et images du Quartier latin des années 1960, d’une jeunesse effervescente qui travaillait sa révolte au fond des cafés, à coup d’alcool, de rock and roll et de mots. Guy Debord y met une sorte de distance, qui semble dire : « trop tard, nous n’aurons pas changé le monde ». « Pour détruire cette société, il faut être prêt à lancer contre elle dix fois de suite, ou davantage des assauts d’une importance comparable à celui de Mai 68 », proclame-t-il dans La Société du spectacle.

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7