Montalembert (de) Eugène

Montalembert (de) Eugène

Histoire de la musique et séparation
Spontanément, la séparation en musique évoque pour moi la coupure pédagogique fondamentale qu'on rencontre dans le solfège : tandis que l'apprentissage de la lecture et de l'écriture semble n'avoir pour matière qu'un unique objet multiplié (la lettre, l'alphabet), celui de la musique occidentale, qui a très tôt établi une distinction claire et nette entre le son et la note, décompose cette dernière en durée, rythme, hauteur, intensité, vitesse, voire timbre et densité, chacune de ces décompositions constituant comme autant de petites rivières indépendantes supposées se jeter dans le grand fleuve de la musique.
La suite est connue. Les innombrables méthodes qui tentent de recoller ces morceaux-là (Willems, Dalcroze, Martenot, etc.) donnent l'impression de vouloir rassembler un puzzle, souvent avec succès, mais en remettant rarement le son au centre du dispositif.

Eugène de Montalembert enseigne l'analyse musicale au Conservatoire National de Région de Dijon ainsi que dans diverses formations.
La composition l'emmène en résidence à la Villa Kujoyama (Kyoto) en 1993.
Auteur de divers travaux ou articles sur la musique contemporaine et les musiques traditionnelles ou anciennes, il collabore avec Claude Abromont au Guide de la Théorie de la Musique (Fayard-Lemoine, 2001) et travaille avec celui-ci à un ouvrage sur les genres et les formes.

Publié dans Musiques