"Le chant de la séparation" de W.A Mozart...

Publié le

Livret

Les anges de Dieu pleurent
Quand se séparent les amants !
Comment pourrai-je-vivre
Sans toi, ô jeune fille ?
Etranger à toutes joies,
Je vis désormais pour souffrir !
Et toi ? Louise m'a peut-être
Oublié à jamais.

Je ne peux l'oublier ;
Ce coeur retranché d'elle
Me semble prier en soupirant :
« ami, souviens-toi de moi »
Ah ! je veux me souvenir de toi
Jusqu'à ce qu'on me mette au tombeau !
Et toi ? Louise m'a peut être
Oublié à jamais ?

L'oubli vous ravit en quelques heures
Ce que l'amour vous prodigue au long des années
Comme une main se dérobe,
Ainsi se dérobent les coeurs
Si de nouveaux hommages
Eloignent de toi mon image,
o dieu ! Louise m'a peut-être
oublié à jamais ?

Souviens-toi de notre séparation !
Ce silence sans larmes,
Et cette palpitation du coeur
Doivent t'oppresser
Comme la terrible apparition d'un fantôme
En aimeras tu un autre,
M'oublieras tu un jour,
Oublieras-tu-Dieu et toi même ?

Souviens-toi de notre séparation ?
Que ce mémorial
Gravé par les baisers sur ma bouche
Nous juge toi et moi !
Ce mémorial de nos baisers
C'est moi qui viens
A l'heure des esprits,
T'avertissant de ma présence

Publié dans Musiques

Commenter cet article